menu
agenda
artistes

ccc od ccc od

les nymphéas d’Olivier Debré


Dans la galerie blanche, les plus grandes toiles jamais peintes par Debré se trouvent réunies pour la première fois. L’exposition présente les résultats de la campagne de restauration et de recherche menée par le centre d’art autour de la Donation Debré. Depuis la fin de l’année 2016, le centre d’art a ainsi la mission de diffuser et valoriser l’oeuvre d’Olivier Debré, tout en établissant des dialogues entre son travail et la création la plus contemporaine.

À la manière des “Nymphéas” de Claude Monet pour l’Orangerie des Tuileries (1914-1926), ces six toiles de Loire forment une incroyable fresque presque ininterrompue de couleurs et de lumière.  Créées comme les composantes d’une seule et même série en 1990-1991, elles résument les expérimentations plastiques de Debré centrées sur la matérialisation de l’impalpable. L’artiste y capture l’espace et la lumière pour ensuite les libérer sous la forme de nappes colorées envahissant l’espace du spectateur.

L’accrochage inédit des ces toiles monumentales n’entend pas proposer un rapport d’influence direct entre l’impressionniste et le peintre ligérien. « Les Nymphéas d’Olivier Debré » invoque davantage la question de la disparition de la figure au profit d’une expression plus plastique, mentale et sensorielle. Les œuvres tardives de Monet ont d’ailleurs été considérées par certains artistes – les expressionnistes abstraits, notamment – comme les premières manifestations d’une forme d’abstraction en peinture.

Au centre de la galerie blanche, vous êtes invité à une immersion totale dans un paysage pictural mental et coloré, vous permettent d’embrasser la peinture d’après plusieurs points de vue, d’une manière comparable à celle dont l’artiste percevait son travail à l’atelier. Dans les petites galeries, vous découvrez des citations d’artistes, parmi les plus abstraits du XXème siècle. L’idée d’une abstraction qui puiserait son inspiration dans la nature, dans le monde sensible a toujours été controversée. C’est un paradoxe qui est souvent souligné à propos du travail de Debré. A travers cette galerie de portraits, vous saisissez pourtant la parenté conceptuelle des processus créatifs entre Debré et les artistes de l’abstraction.