ccc od ccc od

le CCC OD

chez moi



Ce cycle de vidéos "Le CCC OD chez moi" vous permet de (re)découvrir de chez vous ces moments passés, mais encore des interviews et réflexions inédites.

Mise en place pendant le confinement, nous continuons cependant à alimenter régulièrement cette page, pour prolonger votre visite et/ou vous faire connaitre des artistes, scientifiques, penseurs,...


 

l’histoire du ccc od

En 2014, le CCC OD lançait dans le cadre du 1% artistique un concours assez unique en France : dessiner une police de caractères exclusive pour son centre et son nouveau bâtiment signé Aires Mateus. L’atelier baldinger • vu-huu, fut retenu.

 

introduction à la visite

Découvrir une exposition, parler d’une œuvre, créer un clin d’œil à l’exposition… Voici en vidéo une belle introduction à votre visite au CCC OD ! Pour en savoir davantage, rendez-vous au centre d’art 😉

 

expositions en cours

À travers différents medias qu’il relie à la pratique du dessin, Mathieu Dufois mène un travail sur la mémoire des images, qu’elles soient issues du répertoire cinématographique, d’archives ou de ses propres notes photographiques collectées au fil du temps. Ses oeuvres explorent la résistance de ces « images fantômes » qui traversent le temps et les lieux pour se mêler à notre expérience du présent.

 

En attendant de pouvoir bientôt retrouver l’exposition de Mathieu Dufois dans les galeries hautes, nous partageons avec vous ce teaser de Shout, film entre le cinéma expérimental et le film d’animation.

 

rencontres et conférences

En 2017, en Nouvelle-Zélande, une loi a conféré une personnalité juridique au troisième plus grand fleuve du pays, le Whanganui, reconnaissant ainsi sa qualité d’« être vivant unique ». Et si, sur les bords de Loire aussi, on faisait un pas de côté ? Pour réfléchir, pour penser autrement les rapports entre la nature et les hommes. Les constats d’aujourd’hui et les défis qui s’annoncent, pour les écosystèmes, la biodiversité, la poursuite des activités humaines, redéfinissent les grands enjeux de nos sociétés. Se présente alors la possibilité de les aborder sous un angle neuf, qui renouvelle le paradigme qui définissait jusqu’à lors le patrimoine commun. C’est l’objet des auditions du parlement de Loire, une initiative portée par le POLAU – Pôle Arts et Urbanisme, à laquelle la Mission Val de Loire est associée. L’écrivain et juriste Camille de Toledo orchestre et en anime les sessions de travail. Il nous fait part dans cet entretien avec Bruno Marmiroli, Directeur de la Mission Val de Loire, et Isabelle Reiher, Directrice du CCCOD, de l’avancement de ses réflexions. Cette discussion fait partie du cycle de conférences 2019/2020 organisé en partenariat entre la Mission Val de Loire et le CCCOD.

Camille de Toledo est écrivain, théoricien, artiste. Docteur en littérature comparée, il enseigne à l’Atelier des écritures contemporaines de l’ENSAV (La Cambre), à Bruxelles. Issu d’une famille juive de Turquie, il a étudié l’histoire, le droit et la littérature. En 2004, il a obtenu la bourse de la Villa Médicis. En 2008, il a fondé sa première « institution potentielle », la Société européenne des auteurs pour promouvoir « la traduction comme langue » avec des personnalités telles que Claudio Magris et Bruno Latour. En 2012, il s’installe à Berlin avec ses trois enfants après la mort de son frère, de sa mère et de son père.

Il est l’auteur d’œuvres marquantes, notamment, Le Hêtre et le Bouleau, essai sur la tristesse européenne (2009), Vies potentielles (2010), L’Inquiétude d’être au monde (2012) ou plus récemment, Le Livre de la faim et de la soif (2017). Défenseur d’une position de l’écrivain et de l’artiste comme chercheur, il a soutenu une thèse sur le vertige en littérature, de Cervantes à Sebald au début de l’été 2019. Il a revendiqué au cours des dix dernières années “une extension du domaine de l’écriture” pour déployer des narrations depuis l’espace de l’art, afin de transformer nos manières d’habiter. Son travail récent pour un « Parlement inter-espèces » au sein de la commission des auditions pour un parlement de Loire l’a conduit à proposer un processus constituant pour donner voix aux éléments de la nature. Il travaille actuellement à une hypothèse « pour un animisme légal ».

Dans cet entretien avec la Mission Val de Loire et le cccod, il aborde notamment la « fiction » et l’idée d’ « habitations fictionnelles de sapiens ». Sa conception de la fiction s’écarte diamétralement de celle de Jean Baudrillard (celle où rien ne meurt) ou du « spectacle » de Guy Debord. Camille De Toledo conçoit la « fiction » comme « la maison de sapiens : des récits, des narrations qui pour certaines nous font vivre, nous attachent au monde, et pour d’autres nous tuent, nous blessent, nous

font souffrir, nous, les humains, et les non-humains. Ce sont des fictions donc qui construisent notre réalité d’espoir ou de peine… »

galerie expérimentale

Cette année, l’exposition de la Galerie Expérimentale devait avoir lieu du 14 au 24 mai 2020. Une des étudiantes participant au projet vous propose de vous en dire plus sur ce projet.

 

La Galerie expérimentale est un partenariat entre l’Université de Tours et le CCC OD. Ce projet permet à des étudiant.e.s de L3 d’Histoire de l’Art d’organiser une exposition de A à Z. Cette année, 7 étudiantes étaient encadrées par Giovanna Zapperi, professeure d’histoire de l’art contemporain et Marine Rochard, chargée d’expositions. L’exposition “Vis ou travaille!” réunit les œuvres de Claire Fontaine, Marie Reinert, Liv Schulmann, Olivier Garraud et Thomas Tudoux.

L’étudiante Emeline Chassine présente l’œuvre Liberté, Égalité, Fraternité (2018) de Claire Fontaine :

 

Avec cette œuvre, l’artiste détourne le symbole de ralliement des Gilets Jaunes pour en faire le drapeau de la Nation française. L’ironie contenue dans la rencontre entre le titre et son visuel rappelle que l’existence de l’État repose sur la participation de ses travailleu.r.se.s.

L’étudiante Camille Rondan présente l’œuvre Zen, Kaïzen, Karôshi de Thomas Tudoux :

 

Avec ses sérigraphies, Thomas Tudoux dévoile l’absurdité des techniques de management utilisant l’atmosphère zen dans les bureaux comme une réponse au stress des employés. En reprenant l’esthétique des affiches prônant la “zen attitude” utilisées par les entreprises, il expose l’hypocrisie du monde du travail où ces dispositifs ne visent qu’à l’efficacité et au rendement.

Delphine Vielle, pour “Infiltration” de Marie Reinert :

 

C’est en 1996 que l’artiste Marie Reinert débute sa série photographique Infiltration. À travers les choix photographiques des travailleur.se.s qu’elle rencontre dans les entreprises qu’elle visite, l’artiste interroge les choix architecturaux et leur impact sur la hiérarchisation au sein de l’entreprise. “Infiltration” nous invite donc à réfléchir au sens et à la valeur de ces lieux où naissent des constructions sociales et hiérarchiques artificielles.

Zoé Machado Formiga, pour “Merci de subir la domination individuellement et docilement” et “Étant donné la situation nous ne changerons rien” de l’artiste Olivier Garraud :

 

Avec ces dessins minimalistes, Olivier Garraud se réapproprie la parole politique et patronale. Les mots libèrent la parole sur les absurdités actuelles de la société, toujours avec dérision et humour.

 

découverte d’une œuvre 

Nos Retrouvailles de Jorge León.

C’est avec la générosité qui le caractérise que le cinéaste et metteur en scène Jorge Leon nous livre un film inédit, réalisé pendant la période du confinement en Belgique. Voici ses mots: “Pendant cette période de confinement, Christophe nous a quitté en nous a laissant ses Mots Bleus, Penderecki ses concertos et symphonies. Ici, en Belgique, des citoyens rendent hommage quotidiennement aux soignants et soignantes qui travaillent dans des conditions extrêmement préoccupantes. Ils se manifestent aux fenêtres, tous les soirs à 20.00.
Chaque année, à une période précise, entre mars et avril, le soleil m’offre des ouvertures sur une façade aveugle, il s’empare des semblants. Ce confinement forcé m’a placé de façon insistante face à ce mur qui aurait pu n’être que la métaphore de l’impasse. Cette année, j’ai tenté d’en faire quelque chose. En finalisant ce film, je me suis dit qu’in fine il condense ce que le cinéma représente pour moi: une surface de projection, du temps, de l’espace, de la lumière, des ombres. Des vivants et des morts. Une pensée. Cette petite forme, si elle devait porter un titre, s’appellerait « Nos Retrouvailles » “.
Jorge Leon tient à remercier chaleureusement Marie-Hélène Mora, Miléna Trivier, Marc Bouteiller, Quentin Jacques et Zin TV pour leur fidèle collaboration ainsi que le CBA pour le matériel de tournage.

 

journal de voyage

Avec Images d’Egypte, Nikolas Chasser Skilbeck nous invite à découvrir des extraits de ses vidéos d’art, des paysages désertiques du Fayoum et des lieux qui lui ont laissé une forte impression lors d’une résidence d’artiste au Fayoum Art Center à Tunis Village en Egypte. Ce petit film partage de manière poétique l’expérience sensible d’un voyage au travers du regard d’un artiste.
Cette résidence s’est déroulé d’Octobre à Décembre 2019, elle était organisée par le CCC OD de Tours et à reçu le soutien de l’Institut Français d’Egypte.

 

art et sciences

Ce programme Art et Sciences propose de mettre en dialogue la pensée d’un scientifique et celle d’un artiste autour d’un sujet d’actualité et de débats. Conçu en partenariat avec déTours des sciences et l’Association française pour l’avancement des sciences dans l’objectif d’ouvrir ces disciplines au grand public, notre cycle de rencontres est amené à se réinventer à chaque nouvel épisode en fonction des personnalités invitées et des thématiques abordées.

Entretien avec Patrice Debré, immunologue.

Présentation du travail de Sonja Bäumel, artiste.

 

retour sur une exposition

Du 22 juin au 22 septembre 2019, Nikolas Chasser Skilbeck a transformé de manière inédite l’auditorium du CCC OD en espace d’exposition ! Un voyage auditif et visuel que nous vous proposons de revivre virtuellement…

Du 30 mars au 6 octobre 2019, Fabien Mérelle s’installait dans les galeries du CCC OD avec son exposition “Abri, pierre, bois, encre, papier”. (Re)découvrez ses œuvres en images en vous laissant guider par le commentaire de l’artiste !

 

à toi de jouer !

Dans ce premier épisode de “À toi de jouer”, dessine comme l’artiste Fabien Verschaere !