ccc od ccc od

école féministe de peinture

à 15h

« Dissoudre le paysage » de Julie Navarro

L'artiste développe dans une démarche en rhizome, à travers ses peintures, sculptures, et performances participatives un travail sur la perception du vivant, la matérialité des flux et de la relation. Elle invente des dispositifs performatifs qui s’ouvrent au monde pour déjouer les certitudes, redéfinir et renverser les rôles et les places que l’on occupe dans la société. Elle interroge les représentations et l’expérience corporelle comme langage commun où l’espace et le temps deviennent la condition de l’œuvre. Elle a récemment été lauréate du programme du CNAP "œuvre à protocole activable" avec sa sculpture à danser "SILVER BALL" (2021), finaliste des prix COAL et Talents Contemporains (Fondation Schneider). Durée : 2h. Gratuit, Sur inscription ici


Lors de sa conférence intitulée “dissoudre* le paysage”, Julie Navarro traversera son travail en le faisant résonner avec celui d’Ad Minoliti. Il sera question de féminisme, vu sous le prisme des frontières floues entre “humain – vivant – fiction/réel”, mais aussi de l’idée de construction et de dé-construction des identités pour sortir de soi, se libérer, être au monde pleinement. Son œuvre joue en effet sur les inversions, les reflets, l’imaginaire pour déjouer les préjugés.

Dans l’atelier pratique qui suivra, Julie Navarro invitera les participants à faire corps autrement, grâce au maquillage, au contact de l’altérité (une jambe, une main, un pied, une tête pour construire une image avec l’autre). Il s’agira de produire des transformations qui déplacent les fonctions humaines traditionnelles et permettent de créer des métamorphoses, de drôles de personnages.

 

*Le verbe soudre est semblable à ces patriarches des temps anciens qui ont disparu, mais ont laissé une vaste descendance. … Ce verbe est issu du latin solvere, qui signifie d’abord “détacher, délier”, puis “payer, s’acquitter d’une dette”, “désagréger, dissoudre” et, enfin, “résoudre, trouver la solution”.