ccc od ccc od

balconies – tiril hasselknippe

jusqu'à fin septembre 2019


L’œuvre de Tiril Hasselknippe est infusée de science-fiction, d’architecture, mais aussi de références historiques au Land Art, au Minimalisme américain. Les trois sculptures présentées sur le parvis ont été créées en 2016 pour un parc de sculptures situé au sein du jardin botanique de Kristiansand. Initiative portée par les artistes de cette ville côtière du sud du pays, elle est à l’image de la façon dont beaucoup de projets artistiques voient le jour en Norvège depuis quelques années. Ces sculptures ont vécu dans le paysage norvégien, à l’épreuve des intempéries et de leurs ravages dus aux conditions parfois extrêmes de ce climat. Ici recontextualisées, la qualité sculpturale de ces œuvres est remise en jeu, en les confrontant à une autre réalité. Elles apparaissent sur le parvis telles des ruines modernes, des éléments architecturaux échoués, archaïques et bruts. Leurs formes abstraites ont un fort pouvoir d’évocation mais c’est uniquement à la lecture de leur titre que leur nature se révèle. L’artiste cherche ses formes dans son quotidien et souligne par ses choix l’attachement culturel inconscient de chacun aux objets. Ici, il s’agit de sa série des « balcons », éléments architecturaux porteurs de sens. Lieu de la déclaration, de la déclamation, du sacre et du cérémoniel, politique ou religieux. Aujourd’hui, elles sont pour l’artiste les symboles d’une crise globalisée, d’un monde post-apocalyptique, mais aussi d’une forme de romantisme appliquée au futur.

 

Les trois œuvres sont en prêt jusqu’à fin septembre 2019.